Cobraworld
Cobraworld
Site non-officiel dédié à "Cobra the Space Pirate"
Site non-officiel dédié à
"Cobra the Space Pirate"


10 ans de Cobraworld




Pages 1 2 3 4

14 mars 2010. Ce qui n’était au commencement qu’un petit site a aujourd’hui bien grandi... Dix années très exactement au service de l’homme au psychogun, avec une constance, qui a certes connue des hauts et des bas, mais qui m’étonne encore parfois moi-même. Et ce n’est pas fini, car non seulement Cobra occupe à nouveau l’actualité ces temps-ci, avec les récentes OAV ou la nouvelle série animée, mais même sans cela, il y a encore tant de choses que j’aimerai faire sur ce site. Je crois bien qu’une seconde décennie ne sera pas de trop ^^. Mais laissons le futur pour demain, et retournons dans le passé...



L’avant Cobraworld

Avant de parler de mon site, il me semble utile de rappeler ce qu’il y avait (ou pas) avant, et comment j’en suis arrivé à créer Cobraworld. Je vous passe les détails sur ma petite enfance, de mes heures passées devant Récré A2 puis le Club Dorothée (pour résumer), de mes études, et arrivons directement à Paris, où j’ai commencé à travailler à partir d’octobre 1997. A cette époque, les mangas ou l’animation japonaise étaient surtout des souvenirs d’adolescent, mais j’allais vite remettre le pied à l’étrier. Un peu par hasard, au cours de l’année 1998, j’allais m’acheter le coffret VHS AK Vidéo de… Cobra. L’homme tout de rouge vêtu m’avait quand même bien marqué étant gamin, et je voulais replonger dans ses aventures. Et là, la claque ! Un doublage français excellent, une animation de rêve, le rug-ball, et des tas de bonnes choses. Dans le même temps, je découvrais également quelques boutiques spécialisées sur Paris et commençais à replonger dans tout cet univers.

Space adventure Cobra - 10 ans de Cobraworld - The Psychogun

A cette époque, internet émergeait, mais on en était encore à des lieux de ce que l’on peut connaître aujourd’hui. On peut bien le dire : il y avait de quoi faire pour qui avait envie de se lancer. Et pour Cobra, justement, il n’y avait pas grand chose. Une dizaine de sites à tout casser, dont le site officiel « le Psychogun ». On y trouvait de-ci de-là les VHS, quelques petites galeries d’images de qualité des plus diverses, le générique français, ou encore le film, mais cela n’allait guère plus loin, hormis pour le Psychogun, qui présentait les LaserDiscs japonais, et quelques autres petites choses intéressantes. Ce site d’ailleurs me plaisait bien, et si son webmaster de l’époque l’avait continué, il est probable que Cobraworld n’aurait jamais vu le jour, surtout que j’étais (je le suis encore) pas mal passionné par Saint Seiya, et que j’étais aussi à 2 doigts de faire un site sur le sujet. Mais là encore, après avoir vu le site de mon futur ami Arion (le site Burning Blood) sur les célèbres Chevaliers d’Athéna, et sa qualité en terme d’informations, j’avais abandonné l’idée. Comme quoi, cela tient parfois à peu de choses...

Début 2000, grande période pour l’informatique et la fameuse vague des start-up. Le site Psychogun n’évoluait plus vraiment, mais j’en apprendrais la raison que bien plus tard : son webmaster s’était aussi engagé, comme beaucoup, dans l’aventure de ces entreprises dont 9 sur 10 disparaîtront au final au bout de 2 ou 3 ans. Du coup, ne trouvant décidément pas plus d’informations sur internet concernant Cobra, je décidais alors de m’y coller moi-même...



Cobraworld – Un petit site anonyme...

14 mars 2000. Cobraworld venait de naître ! En tant que passionné de ce héros atypique, je voulais non seulement partager ma passion, mais surtout présenter tout ce qui pouvait exister sur le sujet, notamment certains pans totalement délaissés jusque là comme les mangas, par exemple. Le tout premier Cobraworld (ou CobraWorld, avec un W en majuscule comme je l’écrivais au tout début – il en reste d’ailleurs encore quelques traces), était hébergé gratuitement chez « Chez.com ». A l’époque, cela convenait parfaitement, et les premières pages toutes simples sur fond noir (je n’ai hélas aucune capture de cette version) font rapidement leur apparition : le manga qui était en cours d’édition chez nous, via Dynamic Visions, le manga original, quelques figurines, etc. En octobre, je présentais le fameux et totalement inconnu épisode pilote. D’autres pages sur les musiques, les personnages, biographies, allaient aussi rapidement être publiées. Le rythme était lancé, et à cette époque il est vrai que je n’avais pas besoin d’attendre l’actualité pour faire des mises à jour, tant il y avait déjà énormément de choses à faire.

Début 2001, en février, le site connaissait son premier changement important d’habillage. Pour ceux qui ne s’en rappelaient plus, ou qui n’ont pas connu, en 2001, Cobraworld, c’était ça :


Space adventure Cobra - 10 ans de Cobraworld - Site en 2001
Space adventure Cobra - 10 ans de Cobraworld - Site en 2001
Space adventure Cobra - 10 ans de Cobraworld - Site en 2001
Space adventure Cobra - 10 ans de Cobraworld - Site en 2001


A l’époque, ce look me plaisait beaucoup, avec le petit gif animé en haut à gauche, et certaines choses ont d’ailleurs plus ou moins été conservées pendant un bon moment. Au bout d’un an, un travail assez énorme avait été accompli, et quasiment toutes les sections actuelles étaient déjà en place à ce moment là. En 2001, c’était aussi la sortie des premiers DVD chez Déclic Images, à partir du mois d’août, avec une qualité qui n’était pas optimale (ce jaune qui tirait sur le vert, rhaa la laaaa), mais qui faisait déjà bien plaisir tout de même. Le film aussi était ressorti en décembre, via Fox Pathé Europa, en VF seule. Cette année-là, parce que je commençais à en avoir marre des problèmes de serveur de Chez.com, je décide de passer chez un hébergeur payant, et le site était désormais accessible via l'adresse www.cobraworld.net.




Pages 1 2 3 4

Cobra - Copyrights © BUICHI TERASAWA / A-girl Rights
Tous droits réservés.
Cobraworld © 2000-2020
Mentions légales
Site officiel : www.buichi.com
Site crée et maintenu par Stéphane Clément
Site officiel : www.buichi.com
Site crée et maintenu par Stéphane Clément